Start-up : Derrière la Station F, la « Start-up Nation » en plein développement

 

Annoncé en grande pompe, associé à de grands groupes, terriblement ambitieux, l’incubateur de start-up crée par Xavier Niel, Station F, attire et inspire. À travers cet étendard, la « Start-up nation » prend forme grâce à des efforts fournis depuis plusieurs années. De cette tendance, plusieurs solutions se mettent en place : business model, business development et pilotage. Il s’agit de développer et pérenniser les jeunes pousses.

 

Station F : Un incubateur ambitieux à l’échelle mondiale

 

C’est le plus grand incubateur de start-up au monde. Station F, installé dans la Halle Freyssinet à Paris, attire les regards des entrepreneurs du monde entier. Il s’inscrit dans la continuité des engagements et des valeurs de mécénat de Xavier Niel en faveur de l’innovation technologique française. Après l’école de programmation gratuite 42, le fondateur d’Illiad (Free) investit dans le développement des start-up françaises.

Quelques détails pour comprendre le projet :

  • La Halle Freyssinet représente une surface de 34 000m2
  • + de 3000 postes de travail sont à disposition des « founders »
  • 26 programmes de développements internationaux
  • Entre 7 et 8 millions de coûts de fonctionnement annuels
  • 40% des start-ups admises sont fondées par des femmes.
  • Facebook, Microsoft, HEC ou encore Ventes-Privées ont pris part au projet

Alors que le projet a été pour la première fois évoqué en 2008 et acté en 2013, il est lancé à point nommé. La Station F s’inscrit dans un mouvement plus large qui prend forme partout en France. De quoi créer une dynamique ?

 

De fortes attentes et espoirs pour les start-up

 

La mise en place de structures ainsi que la popularisation du terme de « Start-up nation » par Emmanuel Macron envoie aux start-up françaises et plus largement aux entrepreneurs français un véritable message. C’est un appel à créer, à imaginer, à se lancer dans l’aventure.

Cette confiance permet à la France de renouer avec une forte attractivité. Paris a récemment dépassé Londres, en devenant la capitale européenne des start-up : 5000 structures réparties sur une quarantaine de sites. La ville lumière est même la 3ème métropole occidentale derrière San Francisco et New York. Hors Paris, le rythme est également soutenu. Pour exemple, l’accélérateur de start-up bordelais Héméra est désormais un partenaire privilégié de Google. A cela s’ajoutent des succes story internationales comme récemment Zenly, start-up française achetée par Snapchat pour 250 millions d’euros.

Les jeunes entreprises françaises peuvent également se reposer sur de grosses structures nationales pour les pousser dans leur développement. La French Tech, BPI France, les CCI, sont également en ordre de marche pour accompagner ce courant au niveau international. La France fait par exemple sensation à chaque CES à Las Vegas.

 

Locaux "Venise" de la station F - Crédits : Patrick Tourneboeuf

Locaux « Venise » de la station F – Crédits : Patrick Tourneboeuf

 

Start-up nation et start-up gestion ?

 

Le climat autour des start-up est donc extrêmement favorable. L’objectif principal, au-delà de la business idea, est de se développer et surtout de se pérenniser. Il existe plusieurs approches pour appuyer les travaux entrepris. Station F prône par exemple l’appui par l’expérience, le contact d’autre entrepreneurs, le mentorat. Cependant il faut pouvoir intégrer ce type de programme. Pour les 200 projets retenus par le founders programme de la station F, 2300 avaient posés leur candidature.

Parallèlement à la mise en place du business model, et dans le cadre de recherche de financements, la tendance est aussi au déploiement d’outils de pilotage et de gestion. Cela favorise notamment le marketing de la performance et permet de faire ressortir les avancées et les réussites de l’entreprise.

Mettre en place ces outils c’est aussi augmenter ses chances, par une gestion saine des activités de l’entreprise, de pouvoir gravir les étapes. Moins populaire que les solutions/structures comme la Station F, la mise en place de reporting (couplé à de la Big Data et Intelligence Artificielle), apporte pourtant de nombreux bénéfices.

En effet, en parallèle du développement de l’activité, un reporting pertinent, c’est l’assurance :

  • D’une meilleure visibilité des activités de l’entreprise auprès des dirigeants
  • D’un suivi des performances efficace, d’une analyse des résultats du business plan précis, et d’un suivi des plans d’actions.
  • D’avoir tous les outils nécessaires à la communication auprès des investisseurs et des Business Angels.

Retrouvez des Business Case de start-up qui ont mis en place ce système de gestion.

___________________________________________________________________________

EPO Conseil accompagne les Start-Up dans leur développement.

Découvrez comment nous répondons à vos besoins

Nous contacter

Adressez-nous un message, nous vous répondrons dans les meilleurs délais.





*Mentions obligatoires